EMPREINTE ECOLOGIQUE : ETAT DES LIEUX / PERSPECTIVES.

Introduction
L’empreinte écologique mesure la surface (en ha) de sols et d’espaces aquatiques bioproductifs nécessaires à une société pour permettre un certain niveau de consommation durant une année donnée et sans entamer le capital naturel.
Cet indicateur a été mis au point en 1990 par Wackernagel et Rees pour mesurer la soutenabilité.
Cette notion est à comparer avec la capacité écologique renouvelable  ou  biocapacité, constituée des terres agricoles, des forêts, des ressources de la mer.
L’intérêt  de cet indicateur (EE et biocapacité) est d’être mondial avec les mêmes critères pour tous les pays (1). Il est géré par le global footprint network (GFN) à Oakland.
La comparaison entre l’empreinte écologique d’une société, d’une région ou d’un pays et la biocapacité permet de mesurer le déficit écologique (ou l’équilibre) d’une société.

lire le détail : Empreinte-analyse

Publicités

Les commentaires sont fermés.