SOUTIEN AUX RIVERAINS DU SQUARE MERCOEUR

Et à la biodiversité urbaine

Le square Mercoeur (face au château) dernier poumon vert du centre historique est en phase d’être défiguré avec l’abattage de 70 grands arbres sur 170 existants (qui seraient remplacés par de jeunes arbres qui mettront des années pour faire revenir les oiseaux, insectes si on ne les élague pas de manière agressive comme c’est le cas dans notre ville ) : véritable niche de vie pour la faune urbaine, pour faire place à de nouveaux axes de circulation (merci pour le climat) en prolongation de la rue de Strasbourg vers 2 ronds- points qui dirigeront les véhicules le long de la voie ferrée (on pourra noter que des travaux d’aménagements coûteux ont déjà été dernièrement effectués sur cet axe : faire et défaire on a les moyens !)

Pour faire semblant de se sentir concerné par la verdure urbaine et aux riverains : un « petit » square avec jeux d’enfants va être créé …. Juste au bord de l’axe routier (les petits seront contents d’être directement pollués ainsi que d’être mis en danger par la proximité de la route !) et des douves vertes dont la surface réduira considérablement la surface attribuée aux jeux d’enfants et sera l’occasion également d’abattage de platanes et magnolias !

Le clou du projet : une vaste esplanade avec création d’un vaste miroir d’eau (style bordeaux) qui va faire toute la largeur du château (entre les 2 tours) avec une pelouse verte bien nette bien propre, sans âme et sans vie, aménagement et entretien extrêmement coûteux !

Ce projet pharaonique est uniquement pensé et dirigé vers le tourisme et le prestige de la ville au mépris de la biodiversité (clamée par la mairie dans l’agenda 21 et Nantes ville verte !) et de la quiétude des riverains, sans aborder le coté financier (pour l’instant budget de 15 millions d’euros) qui, comme chacun le sait, pour tout projet, explose le coût initial (déjà énorme) sur des inévitables
imprévus !

A l’heure actuelle : a t’on les moyens de se permettre de monter de tels projets, n’a t’on pas besoin à Nantes : de crèches, de structures d’accueil décentes pour les sans abris et mal logés, d’aide aux associations de réinsertion qui font un travail remarquable avec de moins en moins de moyen proche de disparaître, de logements sociaux, sans aborder le problème du dérèglement climatique (que l’on constate tous les jours sur la flore qui se croit au printemps par la douceur de la température actuelle !)

Quelle ville voulons nous pour demain ?
Nantes 2030 → Ville béton

La disparition de belles demeures (avec leurs grands parcs boisés) et les terres maraîchères font place à des immeubles sans âme, voir : le triste éco quartier bottière Chesnay, les bords de l’Erdre surnommés par les nantais « la Baule sur Erdre », la route de Rennes, la route de Paris, le quartier Malakoff, le quartier Bouffay (qui pour l’occasion a fait disparaître 1 arbre sur 2 soit disant malades !),

Sous prétexte de recentraliser la population, les poumons verts et la biodiversité urbaine indispensables pour « le bien vivre ensemble » sont sacrifiés aux promoteurs, Nantes béton prend place au détriment de l’image historique de notre ville !

Question : Que font les élus au service « environnement » ?
Après enquête : ils ont votés le projet sans plan détaillé du projet ni budget financier détaillé également !

Une réunion publique sur le devenir du square Mercoeur est organisée le 15 décembre à 18 h 30 à la
mairie salle Aristide Briand,

Allons y nombreux pour donner notre avis, tous les citoyens nantais (et pourquoi pas les autres !) ont le droit de s’exprimer sur un projet d’une telle importance ! Il ne faut pas hésiter à donner notre avis sur l’avenir de notre ville et des priorités à mettre en place ! Par exemple via la consultation jusqu’au 15 décembre « Imaginons Nantes 2030 » (+ d’infos sur http://www.mavilledemain.fr)

Il est encore temps de sauver l’existant en refusant les projets de prestige ou ceux qui facilitent la circulation (cela n’encourage pas les conducteurs à laisser leur voiture au garage et prendre les transports en commun pour essayer de désengorger le périphérique qui aggrave toujours et encore les émissions de CO2 !)

Attention Nantes « petit Paris »: on y arrive ! Réagissons tant qu’il est encore possible !

Publicités

Les commentaires sont fermés.