Compostage en milieu urbain en copropriété à Nantes

Conseils pratiques

La partie végétale des déchets représente environ un tiers des déchets ménagers, la réduire en compostant permet, outre la réduction des volumes, de stocker du carbone dans le compost puis dans les sols qui reçoivent ce produit au lieu de dégager du co2 par incinération comme c’est la cas à Nantes.

Technique

Le composteur utilisé (400l)  permet de stocker 6 mois de déchets environ pour 6 personnes concernées.

Les précautions consistent a assurer une humidité permanente du compost (comme une éponge),  en effet le composteur ne laisse pas l’eau passer et en cas de sécheresse les processus biologiques s’arrêtent, il faut donc

Arroser régulièrement l’intérieur du composteur mais pas trop non plus.

Autre précaution mélanger du brun (feuilles mortes ou vertes, petites branches) pour un tiers, avec les déchets ménagers verts pour aérer, sinon il faut mélanger le compost (ici nous n’avons pas eu besoin de brasser).

Rajouter quelques vers de terre ou compost ancien pour ensemencer en bactéries et micros organismes.

Il n’y a pas d’odeur dans la mesure ou on ne met pas de déchets animaux (alimentaires, déjections animales)

Quand le composteur est plein (6 mois) on le retire  et on laisse évoluer le tas naturellement en arrosant l’été.

Au bout d’un an le tas initial a perdu les ¾ de son volume et on obtient un compost noir prêt à être utilisé.

Le composteur est à nouveau être rempli pour un nouveau cycle.

Les personnes utilisent un bio seau comme poubelle spécialisée.

Au premier plan composteur en cours de remplissage dans un recoin de la cour commune, au second plan tas âgé de 6 mois en cours de maturation.

Organisation

Ici l’association de copropriétaires gère les outils : composteur, seaux, compost. L’organisation repose sur une personne responsable avec un suppléant. Il est sans doute aussi possible pour  des locataires de s’organiser avec l’accord de leur copropriété.

Jean Yves 11/2011

Publicités

Les commentaires sont fermés.